Parcours de l’auteur-réalisateur

micro

 

Hassene Belaïd est né à Marseille d’un père algérien et d’une mère française d’origine italienne.  Après un BTS de communication et action publicitaires, il monte à Paris pour tenter sa chance sur les plateaux TV et cinéma. En 1997 il réalise « la bêtise », son premier court-métrage  en 16 millimètres qu’il auto-produit. En parallèle à ses projets personnels, il réalise des films institutionnels et de commande, travaille comme cadreur dans des productions TV, et intervient en tant qu’assistant à la mise en scène et au casting sur plusieurs longs-métrages de fiction. Il côtoie ainsi quelques réalisateurs confirmés et se rapproche d’une certaine famille de cinéma : des auteurs comme Merzak Allouach, Rachid Bouchareb, Karim Dridi, Abdellatif Kechiche, Tony Gatlif, Philippe Faucon ou encore Malik Chibane lui font prendre conscience de l’intérêt de mettre à profit sa double culture et de la transcender dans des histoires de cinéma. En 2008, il caste les jeunes dans les banlieues d’Ile de France pour le film « La journée de la jupe » et fait découvrir le jeune comédien Kevin Azaïs qui obtiendra l’un des premiers rôles aux côtés d’Isabelle Adjani. Puis c’est avec son deuxième court-métrage de fiction « Sauce blanche », traitant de la discrimination à l’entrée des boîtes de nuit, qu’il fait siennes des thématiques de la différence et de la double culture, thématiques qu’il s’attache à explorer et éclairer depuis un angle original dans de nouveaux projets. Son troisième court-métrage N’sibi (le beau-frère) tourné et produit en Algérie a été diffusé dans de nombreux festivals nationaux et internationaux. Il prépare un moyen métrage « les héritiers du silence »  qui a obtenu le label scénario de la maison du film ainsi que l’aide à la musique SACEM et le soutien de l’Institut Français d’Alger. Le film se tournera à Marseille en septembre 2020. Il s’attèle également à l’écriture d’un long-métrage « désorientée » et travaille en collaboration avec d’autres auteurs sur des projets scénaristiques. Depuis 2006 il s’est essayé à la comédie avec le spectacle « Ben Hur » de Robert Hossein. Ayant pris le goût du jeu il apparait ici ou là au grès des tournages et des propositions diverses et variées. Il est diplômé depuis 2019 d’un Master 2 de scénariste délivré par  LA FEMIS.